Bien s'hydrater

Chronique du 6 septembre 2022 sur France bleu Isère


La problématique et l’importance de l’eau est clairement d’actualité avec la sécheresse qui nous accompagne depuis de nombreuses semaines.

Il n'a plu que 9,7 millimètres entre le 1er et le 31 juillet 2022, contre 90,8 mm l'an passé, soit près dix fois moins. Depuis le début de l'année, il est tombé seulement 327,7 mm de pluie, contre 554,6 mm entre janvier et juillet 2021.


L’eau c’est la vie : c’est un constituant biologique vital pour tous les êtres vivants. C’est là certainement le seul consensus que l’on va trouver entre les différents experts : scientifiques, médecins, thérapeutes, … Sans eau, la vie n’est pas possible.


Elle est chargée de transporter ce qui nourrit notre corps : vitamines, minéraux et autres nutriments. C’est aussi un excellent solvant qui élimine les déchets et les toxines qui encombrent l’organisme.


Selon l’ingénieur hydrologue français Louis-Claude Vincent auteur de nombreux essais sur la notion d’eau parfaite : « L’eau est plus importante pour ce qu’elle emporte que pour ce qu’elle apporte ».


Nous allons donc évoquer, au fil de ces chroniques, au-delà des aspects économiques et écologiques, combien l’eau est importante pour notre santé.

Première étape du voyage : l’hydratation avec cette question clé : Quelle quantité d’eau faut-il absorber quotidiennement ?


Petits rappels : Notre corps est constitué de 70 à 80% d’eau (85% pour les nourrissons). C’est une moyenne qui évolue avec l’âge, la taille, le poids et la composition de notre corps. Exemples :

Poumons : 90% d’eau

Squelette : 22%


Peau : 82%

Sang : 80%

Muscles : 75%

Cerveau : 70%


Ce que l’on sait moins : nos 10 milliards de cellules sont composées de 99% d’eau.


Bien s’hydrater au quotidien est donc un enjeu majeur pour le bon fonctionnement de tout notre organisme. De la beauté de la peau à l’élimination des toxines.


Maintenant, en pratique, quelle quantité est nécessaire ?

C’est là que cela se complique. Pour faire simple : il faut compenser les pertes.

Boire au moins autant que la quantité d’eau que vous perdez.

A la base, cela dépend donc de vos dépenses hydriques. Quand vous pratiquez du sport ou fournissez un effort physique les besoins sont plus grands. C’est la même chose quand il fait chaud et/ou que vous transpirez beaucoup. C’est aussi vrai quand vous produisez un effort intellectuel. Le manque d’hydratation peut alors provoquer des migraines (le cerveau à besoin d’eau)


Il faut donc adapter sa consommation aux différentes situations.


En moyenne, dans des conditions de vie classique, il convient d’absorber 1,8 à 2,5 litres d’eau par jour.

Cela ne veut pas dire boire 1,8 à 2,5 litres car nous trouvons aussi de l’eau dans les aliments et directement dans notre métabolisme :


Apports : Boisson : 1 à 1,2 litres Alimentation : 0,5 à 0,8 litres

Métabolisme : 0,3 à 0,5 litres.


En contrepartie nous éliminons : Urines : 1 à 1,3 litres Selles : 0,08 à 0,1 litres Sueur : 0,55 à 0,6 litres

Poumons : 0,37 à 0,4 litres.


Faute de consensus, écoutons donc la sagesse populaire conseille actuellement de boire de 1 litre à 1,5 litre d’eau par jour pour maintenir sa balance hydrique…


Il faut savoir que c’est l’eau qui a le meilleur pouvoir hydratant. Pour certains experts c’est même la seule source d’hydratation. A l’inverse certains liquides comme l’alcool ou le café ont un effet inverse, ils nous déshydratent. Boire un verre d’eau entre les verres d’alcool et avec le café.


Quelques conseils pour terminer, il faut boire avant d’avoir soif. La soif signifie que nous sommes déjà déshydratés. Il faut boire de petites quantités régulièrement.

Autre suggestion : évitez de boire durant les repas. Cela dilue les sucs digestifs et le travail de l’estomac. Un verre d’eau avant de se mettre à table est conseillé.


#eau, #francebleu, #thierrythomas, #santé

0 vue